6 Comments

  1. 1

    Guic

    Super article !
    je cherche à en réaliser un, mais tout bête. C’est possible ? 🙂

    Reply
    1. 1.1

      Jean-Philippe Encausse

      Salut Guillaume,

      Faire un « Dumb Bot » c’est très simple, il y a de nombreuses plateformes techniques qui proposent de réaliser un bot en quelques clics. Mais toute la difficulté est de faire un bot « qui marche », avec une bonne stickyness, qui sera réutilisé et apportera un vrai service.

      On vit le même schémas que les sites web et les app mobile, toutes les platformes annonces des chiffres énormes mais en pratiques très peu de bot sont utilisés car il faut beaucoup itérer pour faire un bot avec le bon périmètre. Je me souviens des questions « il y a vraiment besoin d’un graphiste ? d’un designer ? de faire du responsive ? ou une app native ? »

      Tiens ce sera peut-être intéressant d’en parler à ParisWeb 2017 🙂

      Je commence à voir passer des demandes de bot avec la voix, les images dans l’esprit de SARAH et on a à nouveau une couche d’ergonomie à faire.

      Bref si tu fais un bot technique, il y a pleins de services qui automatise cela. Si tu fais un bot avec une interaction utilisateur, il faut consommer du temps / de l’argent comme pour un service web ou une app mobile. C’est proportionnellement quand même moins cher (je pense) et le ROI se calcul vite.

      Typiquement, je caricature, un bot qui fait un support premier niveau : « j’ai oublié mon mot de passe » avant d’escalader à un humain ça désengorge le support et fait factuellement économiser du temps/homme.

      Bon cet exemple est utilisé depuis longtemps dans les call center. Mais il y des uses case bien plus pertinents… surtout dès que tu exploites le contexte utilisateur.

  2. 2

    jbx028

    Bonjour,

    Article très intéressant. Moi aussi j’ai passé un temps fou à jouer avec toute ces technos (AIML, rivescript, wit.ai, api.ai, microsoft oxford, watson, etc…) mais nous sommes encore très loin de HER.
    L’importance de nos gestes, de nos attitudes, du regard lorsque nous échangeons avec quelqu’un est très importante. Il suffit de voir comment une conf call peut être sujet à confusion car personne ne se voit.
    Je suis actuellement en train d’essayer de capturer les emotions avec l’API microsoft mais il faut vraiment forcer les expressions pour avoir un bon résultat.
    Je pense que personne n’utilisera vraiment un agent conversationnel (sauf des gens comme nous) tant qu’un haut pourcentage des interactions seront correctement interprétés par un bot sinon c’est une perte de temps pour l’utilisateur et un risque de paraitre ridicule.
    Sinon je « plussois » pour node-red. J’adore cette techno et je l’utilise de plus en plus.

    Reply
    1. 2.1

      Jean-Philippe Encausse

      Je suis d’accord avec toi il faut que l’expérience utilisateur surtout en NUI soit « naturelle » pour que ça passe.
      Je ne crois absolument pas au Bot qui fait (pour le moment) comme Her. Par contre on peut tout a fait imaginer des usecases très spécifique.

      • Sur le ChatBot texte, il y a plein de cas qui marchent (il doit y avoir 10 articles par semaine sur ChatBot Magazine)
      • Sur la voix je crois beaucoup aux services pour les personnes âgés, idem pour la prise de commande comme Amazon Echo ou Pikit marchent très bien
      • Sur l’image je crois aussi beaucoup à la reconnaissance dans les photos (une images vaut milles mots). Mais effectivement sur ma vidéo la reconnaissance d’objet est bluffante pour un informaticien mais n’est pas satisfaisant pour Mme Michu

      Et c’est là ou l’ergonomie doit compenser la techno. Faire des questions fermées, guider l’utilisateur, utiliser le contexte, faire des choses cadrées, etc …

    2. 2.2

      jbx028

      Oui l’expérience utilisateur c’est primordiable. Je suis en train d’essayer de consevoir un POC d’agent conversationnel avec le bot sdk de krosoft pour un site e-commerce dont je suis l’architecte dans ma boite mais c’est très compliqué et je pense que ce POC ne passera pas l’étape du prototype. Commander un pizza et se la faire livrer c’est pas trop compliqué mais en environement BtoB il y a beaucoup de contraintes et l’utilisateur doit répondre à une tonne de questions….

    3. Jean-Philippe Encausse

      J’ai développé une surcouche au MS BotBuilder mais je ne peux pas partager mon code. Effectivement c’était aussi pour un usage B2C.

      Par contre, a mon avis, le bot ne doit pas mimer une application mobile. Typiquement Burger King marche sur l’émotionnel et propose 3 Burgers du moment (ou s’appui sur des commandes mobiles précédentes) mais ne va pas te proposer la carte des 40 burgers et toutes les variantes, frites, déserts, etc … car l’UX n’est pas adaptée.

      C’est là ou je disais qu’il y a une grosse phase de réflexion sur l’usage et l’ergonomie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2014 Powered By Wordpress, Goodnews Theme By Momizat Team